La forêt des mal-aimés

15 morceaux

  • 01

    Dans la forêt des mal-aimés

    Paroles

    Dans la forêt des mal-aimés

    À vous mes chers mal-aimés, à vous
    Qui avez rêvé de terres un peu moins brûlées, à vous
    Qui êtes venus jusqu'ici, jusqu'à moi
    Cueillir le fruit du regret délaissé
    Dans la forêt des mal-aimés

    Dans la forêt des mal-aimés
    Chaque arbre est un membre oublié
    Chaque feuille, une âme délaissée
    Dans la forêt des mal-aimés
    Comme il fait bon s'y promener

    Mais pourquoi donc êtes-vous venus
    Dans cette forêt aux coins perdus
    Où les murs tapissés de fleurs
    Ne font que rappeler le malheur?
    Mais pourquoi donc êtes-vous venus
    Dans cette forêt aux coins perdus?

    Venez à pied ou à dos de corneille
    Venez vite boire le liquide vermeil
    Venez vous saouler de blanchi sommeil
    Ici, c'est sûr, tout ira moins que bien
    Si vous osez suivre le chemin

    Mais pourquoi donc êtes-vous venus
    Dans cette forêt aux coins perdus
    Où les murs tapissés de fleurs
    Ne font que rappeler le malheur?
    Mais pourquoi donc êtes-vous venus
    Dans cette forêt aux coins perdus?

  • 02

    Deux par deux rassemblés

    Paroles

    Deux par deux rassemblés

    Celui qui était fort hier
    Ne sera que poussière demain
    Malgré la grandeur des refrains
    Et malgré l'arme qu'il a à la main

    Tout ce qui monte redescend
    Celui qui tombe se relèvera
    Si aujourd'hui je pleure dans tes bras
    Demain je repartirai au combat

    Non, ce n'est sûrement pas de briller
    Qui nous empêchera de tomber
    Non, ce n'est sûrement pas de tomber
    Qui nous empêchera de rêver

    Ce qui reste à jamais gravé
    Dans tous les cœurs disloqués
    N'est pas objet qui ne pense qu'à briller
    Mais plutôt tout geste de vérité

    Demain nous donnerons nos armes
    En offrande à Notre-Dame
    Pour ces quelques pécheurs sans âme
    En échange des ornements de nos larmes

    Non, ce n'est sûrement pas de briller
    Qui nous empêchera de tomber
    Non, ce n'est sûrement pas de tomber
    Qui nous empêchera de rêver

    Même les yeux, le cœur aveuglés
    Par l'alcool de sang troublé
    Par le frère de l'huître scellée
    Bien droit, nous continuerons à marcher

    Une fois deux par deux rassemblés
    Nous partirons le poing levé
    Jamais la peur d'être blessés
    N'empêchera nos cœurs de crier

    Non, ce n'est sûrement pas de briller
    Qui nous empêchera de tomber
    Non, ce n'est sûrement pas de tomber
    Qui nous empêchera de rêver

  • 03

    Le lion imberbe

    Paroles

    Le lion imberbe

    Je suis le lion imberbe
    La biche empoisonnée
    Pour boire, vite venez
    À ma source gardée
    Dans un nuage de pleurs
    De vagues ambiguïtés
    Pour boire, vite venez
    À ma source gardée

    Je suis celui qui flotte
    Quelque part dans l'espace
    Abimé par torrents

    De terres et vents qui passent
    J'irais voguer sur mer
    Mais elle ne veut pas de moi
    Je poserais pied à terre
    Mais tu n'y serais pas

    Je suis le lion imberbe
    La biche empoisonnée
    Mais je n'ai pas de cœur
    Non, je n'ai pas de cœur
    Je me love quelque part
    Entre la terre et la mer
    Ne trouvant pas bonheur
    Ne trouvant pas bonheur

  • 04

    25-1-14-14

  • 05

    Qu'en est-il de la chance?

    Paroles

    Qu'en est-il de la chance?

    Les oiseaux se meurent
    Au pays des fleurs de la transe
    Les oiseaux se meurent
    Qu'en est-il de la chance?

    Les oiseaux se meurent
    Par le coup de la lance
    Les oiseaux se meurent
    Qu'en est-il de la chance?

    Qu'en est-il de la chance?
    Des jours ensoleillés
    Des amours de vacances
    Pour les cœurs abimés

    Qu'en est-il de la chance?
    L'aurait-on oubliée
    Quelque part par méfiance
    Par mauvaise volonté?

    Les oiseaux se meurent
    Au pays des fleurs de la transe
    Les oiseaux se meurent
    Qu'en est-il de la chance?

  • 06

    L'endomètre rebelle

    Paroles

    L'endomètre rebelle

    Je les entends toujours qui m'appellent
    Les cris de l'endomètre rebelle
    Comme au temps des amours
    Au temps d'avant
    D'avant les grands détours
    C'était le temps d'avant

    Je les entends toujours qui m'appellent
    Les hurlements de l'ange rebelle
    Massacrant l'apparat de nos amours
    De nos fastes amours, ô toi! mon pauvre amour

    Qui sait si j'ai eu tort
    De proclamer sa mort
    Au milieu de la nuit
    Au beau milieu de la nuit

    Allez-y, criez plus fort
    Vos cris seront ma mort
    Comme un geste précis
    Un geste bien trop précis

    Je les entends toujours qui m'appellent
    Les cris de l'endomètre rebelle
    Comme au temps des amours
    Au temps des tourterelles
    C'était le temps d'avant
    Les alentours
    C'était le temps d'avant
    Ô toi! mon pauvre amour
    Je sais que souvenirs
    N'enrayent pas la mire
    Qu'il suffit de tomber
    Pour être projectile
    En fonçant droit devant
    Toujours devant
    Sans regard derrière
    Sans craindre le néant

    Qui sait si j'ai eu tort
    De proclamer sa mort
    Au milieu de la nuit
    Au beau milieu de la nuit

    Allez-y, criez plus fort
    Vos cris seront ma mort
    Comme un geste précis
    Un geste bien trop précis

    Qui sait si j'ai eu tort
    De proclamer sa mort
    Au milieu de la nuit
    Au beau milieu de la nuit

    Allez-y, criez plus fort
    Vos cris seront ma mort
    Comme un geste précis
    Un geste bien trop précis

  • 07

    Tous les visages

    Paroles

    Tous les visages

    Y'a les regards de ceux que l'on croise
    Et ceux que l'on habite
    Avant d'avoir eu le temps de voir
    J'ai fermé les yeux trop vite

    Tous les visages parlent d'eux-mêmes
    Avant qu'on les connaisse
    Le mien t'a dit : « Va-t'en, cours au loin
    Je ne serai que tristesse »

    Y'a les sourires de ceux que l'on croise
    Et ceux que l'on habite
    Avant d'avoir eu le temps de boire
    Tu as craché trop vite

    Tous les visages parlent d'eux-mêmes
    Avant qu'on les connaisse
    Le tien m'a dit : « Va-t'en, cours au loin
    Je ne serai que tristesse »

    On s'est brisé la tête et le cœur
    Avec bien trop d'adresse
    On a noyé nos yeux dans les pleurs
    Prétextant notre ivresse

    Tous les visages parlent d'eux-mêmes
    Avant qu'ils se connaissent
    Les nôtres ont fait semblant jusqu'à la fin
    Aidés de fausses promesses

  • 08

    Moi, je t'aimerai

    Paroles

    Moi, je t'aimerai

    J'ai trouvé les mots pour te dire que je t'aime
    Caché au creux de tes reins
    Qu'importe maintenant si oui, si non, si tu m'aimes
    Car moi, je sourirai quand même
    Qu'importe la fréquence de ces gestes maudits
    De ces coups de langue épris
    Qu'importe l'arrogance de cet amour chéri
    J'irai peut-être au paradis

    J'ai trouvé les mots pour te dire que je t'aime
    Caché au creux de tes reins
    Qu'importe pour moi si oui, si non, si tu m'aimes
    Car moi, je sourirai quand même
    Moi, je sourirai quand même
    Moi, je sourirai quand même

    J'ai trouvé les mots pour te dire que je t'aime
    Caché au creux de tes reins
    J'ai tout aspiré, tout, jusqu'à en perdre haleine
    Peut-être les dirai-je demain
    Peut-être sous l'effet
    D'une trop grande arrogance
    Mon cœur un peu trop sûr de lui
    Je dirai ces mots au creux de ton oreille
    Même si je risque la potence

    J'ai trouvé les mots pour te dire que je t'aime
    Caché au creux de tes reins
    Qu'importe pour moi si oui, si non, si tu m'aimes
    Car moi, je t'aimerai quand même
    J'ai pensé aux respirs et à ceux que l'on retient
    De peur de devancer la fin
    Je ne peux plus les retenir
    Ces mots qui ne demandent qu'à sortir
    Je veux coller mon amour contre le tien

    J'ai trouvé les mots pour te dire que je t'aime
    Caché au creux de tes reins
    Qu'importe pour moi si oui, si non, si tu m'aimes
    Car moi, je t'aimerai quand même
    Moi, je t'aimerai quand même
    Moi, je t'aimerai quand même

  • 09

    Nous n'irons pas

    Paroles

    Nous n'irons pas

    Et si l'amour est au combat
    Je n'irai pas, je n'irai pas
    Cueillir la fleur au fond des bois

    Et si l'amour est au combat
    Nous n'irons pas, nous n'irons pas
    Cueillir la fleur au fond des bois

    P't'être que la terre y est fertile
    Pour y cueillir l'amour passion
    Et p't'être que l'air y est fragile
    Pour y voler l'amour frisson

    Comme debout au bout d'un couloir
    Comme si nos yeux ne s'ouvraient pas
    Maintenant qu'est arrivé le soir
    Qui sait l'endroit où on ira

    Chose certaine, je n'irai pas
    Cueillir la fleur au fond des bois

    Chose certaine, nous n'irons pas
    Cueillir la fleur au fond des bois

    Et peu m'importe de souffrir
    Si c'est pour goûter vos sourires
    Et peu m'importe de mourir
    Si c'est pour éloigner le pire

    Comme debout au bout d'un couloir
    Comme si nos yeux ne s'ouvraient pas
    Maintenant qu'est arrivé le soir
    Qui sait l'endroit où on ira

    Chose certaine, je n'irai pas
    Cueillir la fleur au fond des bois

    Chose certaine, nous n'irons pas
    Cueillir la fleur au fond des bois

  • 10

    Au 27-100 rue des partances

    Paroles

    Au 27-100 rue des partances

    Au 27100 rue des Partances
    J'ai revu mes tristesses d'avant
    Brisé mes bonheurs présents
    Toujours les mêmes gestes
    Toujours le même enfant
    Qui détruit tout, de peur d'être géant

    Et je vais au lendemain
    En sachant que rien n'ira
    Aussi loin que mes amours d'à présent
    Et je sais bien que demain
    Ira peut-être moins bien
    Mais je n'aurai qu'à penser au passé

    Tu sais celui qu'on s'est bâti
    À coup de rires et de joies
    Celui qu'on s'est donné le droit d'habiter
    Tu sais celui qu'on a souvent touché
    Du bout de nos doigts
    Celui qui a grandi entre toi et moi

    Au 27100 rue des Partances
    J'ai brisé ton grand cœur d'enfant
    Qui rêvait d'être géant
    Toujours les mêmes gestes
    Plus jamais le même amant
    Me pardonneras-tu mes maladresses d'enfant?
    Me pardonneras-tu mes maladresses d'enfant?
    Me pardonneras-tu mes maladresses d'enfant?

  • 11

    Au nom des cieux galvanisés

    Paroles

    Au nom des cieux galvanisés

    Si ceux qui partent vont pour tuer
    Frères et sœurs des jours détestés
    Si quand on part pour l'opposé
    On part pour oublier
    Pour moi, les cieux se sont calmés
    Pour moi, les cieux s'en vont briller
    Aveugler tristesses du passé
    Car, enfin, j'ai trouvé

    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé
    Vous n'saurez jamais ce que c'est que d'être aimé

    Si les cheveux tressés en cercle
    De bleus et de verts souvenirs
    Sont revenus jusqu'à ma tête
    C'est que j'ai terminé ma quête
    Même si le soleil ici est
    Partout le même
    Je sais que le temps entre nous
    N'est que baptême

    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé
    Vous n'saurez jamais ce que c'est que d'être aimé

    Faites que mes prières voyagent
    Sur le dos des vagues au rivage
    Qu'elles partent retrouver mes frères, retrouver mes frères
    Tous ceux qui d'une mère étrangère
    Sont sortis grandis loin de moi
    Tous ceux que ma vie a connus, a reconnus

    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé
    Vous n'saurez jamais ce que c'est que d'être aimé

    Il n'y aura pas mot ni image
    Pour décrire nous deux, toi et moi
    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé

    Au nom des cieux galvanisés
    De ceux qui nous ont protégés
    Ceux qui endorment les passants
    Ceux qui saoulent les amants
    Moi, j'oserai ; si je n'ose pas
    C'est que je t'aime, oh oui, je t'aime!
    Un peu malgré moi

    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé
    Vous n'saurez jamais ce que c'est que d'être aimé
    Il n'y aura pas mot ni image
    Pour décrire nous deux, toi et moi
    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé


    Redis encore que cheveux gris
    Que même les yeux repeints de blanc
    Tu resteras couché sur moi
    Comme dans un grand étang de sang
    Que même lendemains dégrisés
    Jamais ne viendront pour froisser
    Nos vœux étincelants de soleil
    Et nos amours d'entre-sommeil

    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé
    Vous n'saurez jamais ce que c'est que d'être aimé
    Il n'y aura pas mot ni image
    Pour décrire nous deux, toi et moi
    Vous ne savez pas ce que c'est que d'être aimé

  • 12

    25-1-14-14,16

  • 13

    L'équipage

    Paroles

    L'équipage

    Le pilote associé
    Capitaine adoré
    Nous a quittés hier
    Nous a quittés hier

    Il a trahi son frère
    Son amour adoré
    Son amour suicidé
    Son amour suicidé

    Il manque un membre de l'équipage
    Toujours un membre de l'équipage
    Il manque un membre de l'équipage
    Toujours un membre de l'équipage

    Comment rentrer chez nous?
    Sans idole, sans garde-fou
    Nous qui sommes sans œillères
    Nous qui sommes sans œillères

    Resterons-nous ici?
    Fixant l'âme derrière
    Mais nous, qu'allons-nous faire?
    Mais nous, qu'allons-nous faire?

    Il manque un membre de l'équipage
    Toujours un membre de l'équipage

  • 14

    De glace

    Paroles

    De glace

    Tu peux jeter la pierre
    Moi, je n' sentirai rien
    Car je suis fait de glace
    Oh, je suis fait de glace

    À force de tomber
    L'âme trop épuisée
    J'ai fini par comprendre
    Que tout malaise se passe
    Que tout malaise se passe

    Et puis cette musique
    Que j'entends sans arrêt
    Je sais qu'elle sera tienne
    Je sais qu'elle sera mienne


    Celle de l'astre qui tombe
    Car lui aussi succombe
    Au désir de tomber
    Toujours un peu plus bas
    Toujours un peu plus bas

    Je sais qu'encore hier
    L'amour s'est liquéfié
    Quelque part entre nous
    Aux trois quarts de l'allée

    Resterons-nous toujours
    Pleurant à ses côtés
    Espérant retrouver
    L'ardeur des premiers jours?
    L'ardeur des premiers jours

    Tu peux jeter la pierre
    Moi, je n'sentirai rien
    Car je suis fait de glace
    Oh, je suis fait de glace

    À force de tomber
    L'âme trop épuisée
    J'ai fini par comprendre
    Que tout malaise se passe
    Que tout malaise se passera

  • 15

    Au pays des fleurs de la transe

    Paroles

    Au pays des fleurs de la transe

    La libellule au front
    L'œil caché au creux des mains
    J'irai tête première dans les champs de blancs chemins
    Trouver les yeux de mon frère

    Car il ne reste plus rien
    Plus rien que quelques souvenirs
    Du plus épinel de ma vie
    Du cercle éternel qui vieillit
    Et si toujours comme au passé
    Il revient pour me terrasser
    J'irai pieds nus marcher
    Dans la forêt des mal-aimés

    L'épopée fantomatique commence
    Au pays des fleurs de la transe
    Les cheveux accrochés au vent
    Je partirai les pieds devant
    Le sourire amer d'irrévérence
    Au pays des fleurs de la transe

    Adieu ivresse
    Adieu mouvance
    Adieu rescapés de la chance
    Je couperai ma barbe à coups de barbelés
    Je couperai ma barbe à coups de barbelés

    J'irai pieds nus dans la forêt des mal-aimés
    Aveuglé par la grandeur du blanc maculé
    Cueillir la fleur déjà fanée de quelques années piétinées
    À marcher dans les sentiers vacants des regrets désenchantés
    Dans la forêt des mal-aimés
    Dans la forêt des mal-aimés

    Vite à genoux le temps passé
    Vite les amours oubliées
    Je couperai ma barbe à coups de barbelés
    Je couperai ma barbe à coups de barbelés